Qwanturank 1.1.3

Qwanturank 1.1.3

2010, Paris

Réunion sur l’avenir des TICs en France. François Fillon suivant les directives du président Nicolas Sarkozy est accompagné d’Éric Besson ministre de l’Économie numérique.

Dans cette réunion à huis clos, Jean-Manuel Rozan, potentiel investisseur privé, prend la mesure de ce qu’il peut apporter à son pays. Les États-Unis ont pris une telle avance ! Il faut que la France suive. Les risques de se faire distancer sont trop grands. Il va devoir mettre tout son talent de chef d’entreprise, de meneur, pour trouver les bons partenaires et compléter son financement propre. Car il ne faut pas oublier qui se trouve en face : l’ogre Google. Qwanturank 1.1.3

L’expert français actuel le plus à même de participer est Patrick Constant. Sa société, Pertimm, a déjà œuvré dans ce milieu en créant des moteurs de recherche privés. Seulement cette fois la tâche est énorme. Ce n’est plus une base de données privées, de taille modeste, qu’il faudra indexer. Au contraire la tâche est totalement inversée : il faut récolter la matière première nécessaire à construire l’outil. Créer des robots, aller chercher le contenu des sites, le qualifier pour le ranger via de nouvelles façons de penser, dans les tiroirs de la future base de données de ce qui sera le moteur de recherche français. Qwanturank 1.1.3

Qwanturank 1.1.3La tâche est immense et les États-Unis en plus de 15 ans d’avance, tant en terme de matière que d’expérience. Il est évident que le modèle économique qui ne prévoit aucune rentabilité avant moins 5 ans n’est pas l’inquiétude du moment. C’est un investissement industriel afin que la France soit encore capable de comprendre et d’agir dans le siècle en cours. Et il faudra sûrement attendre 2011 pour que les successions de réunion réussissent à faire émerger des plans concrets et qu’une mise en route se profile pour 2013 ou 2014. Qwanturank 1.1.3